Facebook a versé près de 5 milliards de dollars de plus en compensation pour protéger Mark Zuckerberg

Après le scandale Cambridge Analytica, Facebook a été condamné à une amende par la Federal Trade Commission (FTC) des États-Unis et il a été révélé que la société avait payé un montant supplémentaire, de 4,9 milliards de dollars, pour protéger le fondateur de la plateforme, Mark Zuckerberg.

A lire également : L'histoire des acquisitions et des partenariats d'entreprises de Facebook

Le montant convenu était nécessaire pour retirer le nom du PDG de la poursuite et des réclamations de la FTC. Dans la condamnation, la justice a compris que Facebook n’agissait pas correctement avec les utilisateurs, car il n’était pas clair sur le type de données auxquelles les entreprises tierces avaient droit.

L’enquête de la FTC sur l’affaire Facebook-Cambridge Analytica a été déclenchée par des allégations selon lesquelles le réseau social aurait violé un décret de consentement de 2012. Ce principe a été violé en raison du partage d’informations appartenant à 87 millions d’utilisateurs avec Cambridge Analytica. La sentence d’aujourd’hui a été décrétée à l’unanimité par la FTC.

Sujet a lire : Avis Haut-parleur Bluetooth Philips S3505 : compact avec une puissance timide [commentaire/vidéo]

Affaire contre Mark Zuckerberg

« Mark Zuckerberg, [le chef des opérations Sheryl] Sandberg et d’autres directeurs de Facebook ont accepté d’autoriser un accord de plusieurs milliards de dollars avec la FTC en tant qu’échange express pour protéger Zuckerberg contre la plainte de la FTC, sous réserve de sa responsabilité personnelle ou même de devoir s’asseoir pour témoignage », indique un procès déposé par les actionnaires de Facebook, selon The Guardian.

Selon la poursuite, si le PDG de Facebook avait été mentionné dans la poursuite, il aurait pu subir des dommages « étendus » à sa réputation. Le risque aurait été très pertinent pour Mark Zuckerberg, qui est extrêmement sensible sur son image publique et aurait des ambitions politiques », ajoute-t-il.

Lisez aussi !

Les actionnaires critiquent également la façon dont Facebook a évité d’enquêter sur son fondateur. « Le conseil n’a jamais procédé à une vérification sérieuse de l’autorité sans restriction de Zuckerberg. Au lieu de cela, elle l’a responsabilisé, défendu et payé des milliards de dollars dans les coffres des entreprises de Facebook pour résoudre ses problèmes », conclut-il.

Andy Stone, un porte-parole de Facebook, a déclaré sur Twitter que l’allégation n’est pas nouvelle et est en cours de résolution. « Il est faux de présenter cela comme une sorte de nouvelle revendication. La suggestion selon laquelle nous payons plus ou moins dans cet accord n’est pas nouvelle et c’est quelque chose que nous aborderons au cours du litige », a expliqué Stone.