Bill Haas rappelle le grand-oncle Bob Goalby, décédé jeudi à 92 ans

Bill Haas, deux fois vainqueur de l’American Express, s’est rallié pour un 4-moins de 68 ans sur le parcours Nicklaus de PGA West vendredi, mais il est facile de comprendre comment Haas avait autre chose en tête.

Haas est le petit-neveu de l’ancien champion des Masters Bob Goalby, décédé jeudi à l’âge de 92 ans. Haas a déclaré avoir appris le décès de « Oncle Bob » jeudi dans un SMS destiné à sa famille et à ses amis.

En parallèle : Authentique recette Pho de côtelettes de boeuf

« Il a eu une vie cool. Mon père (l’ancien gagnant d’American Express Jay Haas) et moi avons envoyé des textos. Il est bouleversé. Oncle Bob était l’homme, quelqu’un que j’admirais vraiment.

Haas a déclaré qu’il n’était pas directement un élève de son grand-oncle, mais que tout ce que Goalby a enseigné à son neveu Jay Haas a finalement été transmis au jeune Haas.

A découvrir également : 7 Recette Adobo poulet avec des ingrédients

Goalby était un résident à temps partiel du désert, mais Haas a déclaré que son grand-oncle n’avait pas passé beaucoup de temps dans le désert au cours des deux dernières années. Avant cela, Goalby se rendait à l’American Express pour regarder le jeune Haas jouer.

Mickelson toujours bien en arrière

L’hôte du tournoi, Phil Mickelson, avait besoin d’un faible score vendredi au Nicklaus Tournament Course pour se donner une chance à la coupe de 54 trous après samedi. Mais ce tour ne s’est jamais concrétisé pour le double vainqueur du désert.

Mickelson a eu trois bogeys et un double bogey dans une ronde de 73, le laissant à 7 sur 151 pour 36 trous et sans aucune chance légitime de faire la coupe après la ronde de samedi. La semaine semble être la troisième coupe manquée consécutive de Mickelson dans un tournoi qu’il a remporté deux fois en 2002 et 2004 et où il a terminé deuxième en 2019.

Conversion du désert

Graeme McDowell a plaisanté en disant que lui et son cadet se sont regardés et se sont demandé pourquoi il avait fallu si longtemps à McDowell pour jouer dans l’American Express.

« De toute évidence, le temps est parfait et ces terrains de golf sont si bien présentés, et c’est l’endroit idéal pour jouer en début de saison parce que vous avez l’impression d’avoir les conditions pour y aller et faire des birdies et voir exactement où en est votre jeu, », a déclaré l’ancien champion de l’US Open.

McDowell a déclaré que la décision de jouer à l’American Express cette année était une proposition 50/50 avec le Farmers Insurance Open à San Diego la semaine prochaine.

« Les gars me disaient que j’aimerais mieux cet endroit du point de vue de la configuration que Torrey Pines, car il s’agit d’un parcours de golf si long et difficile », a déclaré McDowell. « Donc, l’Arabie saoudite est mon prochain événement (en février) et je me suis juste dit que San Diego en Arabie allait aussi être un sacré voyage. Et je me suis dit, sur le chemin du retour d’Hawaï, je suppose que manquer la coupe à Hawaï m’a également donné un peu de temps de préparation supplémentaire pour cet événement.

« J’étais inquiet de ne pas avoir vu les trois cours et de devoir venir bien me préparer pour cette semaine, alors quand j’ai raté la coupe là-bas la semaine dernière, cela m’a aidé, cela m’a aidé à préparer ma préparation pour cette semaine », a-t-il déclaré.

Se sentir jeune

Zach Johnson a 45 ans, un âge auquel tous les golfeurs commencent à se tourner vers les champions du PGA Tour. Mais le double vainqueur du championnat majeur, qui a une solide histoire à l’American Express, dit que rester prêt à jouer sur le PGA Tour n’est pas un problème.

« La motivation n’est pas difficile. Je n’ai vraiment jamais lutté dans ce domaine », a déclaré Johnson, qui est à égalité au huitième rang après deux tours de l’American Express cette semaine qui comprenait un 66 vendredi. « J’ai eu des jours ou des étirements où mon corps me fait mal et c’est tout le temps, mais je veux dire que ça fait vraiment mal et je ne veux pas m’entraîner et des choses de cette nature. »

Johnson, qui a terminé troisième de l’American Express en 2014, n’est pas connu comme l’un des frappeurs les plus longs de la tournée et n’a pas réussi un seul par-5 en deux coups lorsqu’il a remporté le Masters en 2007. Mais il a quand même travaille pour rester en forme.

« Quand il s’agit de travailler, de meuler, d’essayer de m’améliorer dans mon métier, je ne lutte pas, je n’en ai jamais vraiment eu dans ce département, heureusement », a déclaré Johnson. « Le problème est que c’est probablement le baromètre. Si et quand cela se produit, je devrai peut-être réfléchir à ce que je fais ou à l’approche dans laquelle je le fais.